La Cité des âmes perdues

Auteur

Cassandra Clare

Éditeurs

Margaret K. McElderry Book, Pocket Jeunesse

Traductrice

Julie LAFON

Dates de sortie

8 Mai 2012 (États-Unis)
22 Mai 2014 (France)

Nombre de pages

608 pages

Synopsis

Clary est folle de joie. Lilith serait anéantie et Jace sauvé… Mais quand les Chasseurs d’Ombres viennent le libérer, ils ne trouvent que du sang et du verre brisé. Jace a disparu. Clary découvre bientôt qu’il est devenu un serviteur des démons ! Son sort est désormais lié à celui de Sébastien, sonpire ennemi… Pour sauver l’homme qu’elle aime, Clary va devoir risquer plus que sa vie. Existe-t-il encore le moindre espoir ?

‘Expliquer les subtilités de la série fantastique Mortal Instruments de Clare est une tâche difficile. Mais je vais essayer : Clary Fray est un chasseur d’ombres – membre d’une société secrète de chasseurs de démons. Prenez ce lourd prémisse et ajoutez-y des vampires, des loups-garous, des sorciers, des fées et un triangle amoureux adolescent, et vous avez l’idée générale. Dans La Cité des Âmes Perdues, le saisissant cinquième épisode, le petit ami de Clary, Jace, est lié au méchant Sebastian : Tuez l’un, et l’autre mourra aussi. Avec une version cinématographique de la série en préparation, c’est le moment de prendre le train en marche. Commencez par La Cité des Ténèbres et préparez-vous à être accrochés !’

Entertainment Weekly

Version française

Version anglaise

Acheter le livre

The Mortal Instruments : La Cité des âmes perdues
The Mortal Instruments: City of Lost Souls

Chapitres

Prologue

Partie I – Mauvais Ange

  • 1 – Le Dernier Conseil
  • 2 – Épines
  • 3 – Mauvais Anges
  • 4 – L’Immortalité
  • 5 – Le Fils de Valentin
  • 6 – Aucune Arme en ce monde
  • 7 – Un Changement radical

Partie II – Obscurité

  • 8 – L’Or s’éprouve par le feu
  • 9 – Les Sœurs de Fer
  • 10 – La Chasse sauvage
  • 11 – Tous Les Péchés
  • 12 – Le Métal céleste
  • 13 – Le Lustre en os
  • 14 – Comme Des Cendres
  • 15 – Magdalena
  • 16 – Frères et sœurs
  • 17 – Adieux

Partie III – Tout a changé

  • 18 – Raziel
  • 19 – Amour et sang
  • 20 – Une Porte sur les ténèbres
  • 21 – Les Hordes de l’Enfer

Épilogue

Extras

Magnus & Alec

source: Cassandra Clare’s site

La loi sur les sorciers fut très claire sur ce point : si vous aimiez un mortel, tout va bien, mais ce n’était pas à vous d’interférer avec sa mortalité. Il fallut beaucoup de temps pour s’habituer à une telle loi… habituellement jusqu’à ce que vous réalisiez que l’immortalité fut moins un don qu’un fardeau.

Magnus fit tomber la tabatière sur le bureau et décrocha le téléphone en appuyant sur le bouton de composition abrégée pour le numéro d’Alec. Quand Alec la ramassa, il eut l’air à la fois harcelé et plein d’espoir : “Magnus ? Tu as trouvé quelque chose ?”

“Rien. Je suis désolée.”

“Oh.” La déception écrasante rendit la voix d’Alec petite.

“Mais je pensais au parabatai,” dit Magnus. “Quand les parabatai sont particulièrement proches, ils peuvent sentir si l’autre est mort, ou changé, ou -”

“Je sais,” dit Alec. “Je le sais bien. Je l’ai senti – pour ce moment où Jace est mort, à Idris. Mais ce n’est pas comme ça.” Magnus put l’imaginer, les yeux bleus sur son visage pâle, tirant sur une mèche de cheveux emmêlée. Alec eut l’air d’être tombé du lit et d’être tombé dans une pile de vêtements au hasard, plutôt que comme s’il eut vraiment choisi une tenue, et depuis que Jace avait disparu, il eut commencé à avoir l’air d’avoir arrêté de se brosser les cheveux, lui aussi. “Je ne ressens rien.”

“Comme rien du tout ? Comme dans… le néant ?”

“C’est ça… ?” Alec sembla confus.

“Cela me donne des idées,” dit Magnus. “Je ferai tout ce que je peux pour t’aider, tu le sais, pas vrai, Alexander ? Pas parce que c’est l’Enclave, mais parce que c’est toi.”

“Je sais.” Alec se tut un moment. “C’est bon d’entendre ta voix, même si tu ne peux pas m’aider,” ajouta Alec, qui raccrocha brusquement.

Magnus plaça le téléphone à côté de lui et s’assit un moment, encore assez pour s’entendre respirer. Je le perds, pensa-t-il. Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais je sais que je le suis.

Clary & Simon at the Seelie Court

source: mundiemoms’ tumblr

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Chapter 7 outtake

source: Cassie’s LiveJournal

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Clary & Jace

source: Cassie on Tumblr

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Clary & Sebastian

source: Cassie on Tumblr

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Simon, Jordan & Izzy

source: Cassandra Clare’s tumblr

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Magnus & Jocelyn

source: Cassandra Clare’s twishort tweet

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Une question de pouvoir

source: Cassandra Clare’s site

“Dis-m‘en plus,” dit Alec, faisant les cent pas sur le sol en béton de la station de métro abandonnée de l’hôtel de ville. “J’ai besoin de savoir.”

Camille regarda le garçon devant elle. Elle s’allongeait sur le divan écarlate dont elle avait meublé le petit espace ; il avait un doux revêtement de velours, bien qu’il était usé par endroits. Ce n’est pas le meilleur ameublement qu’elle ait jamais connu ; et une gare de transit en contrebas de Manhattan ne correspondait guère à son atelier à Paris, à sa maison en rangée à Amsterdam, ou au grand manoir au bord de la rivière près de Saint-Pétersbourg dont elle ne se souvient plus que comme d’un vague souvenir. ‘En savoir plus sur quoi ?”demanda-t-elle, bien qu’elle connut parfaitement la réponse.

“À propos de Magnus,” dit Alec. Il tenait une pierre de runes dans sa main, négligemment, comme s’il avait oublié qu’elle était là. Si typique des Nephilims, qui tenaient pour acquis leurs pouvoirs accordés par les anges et la magie qui coulait dans leur sang. La pierre projeta sa lumière vers le haut, montrant clairement les plans et les angles du visage d’Alec. “Il ne veut pas me parler de son passé, et je ne peux pas le supporter. Je ne supporte pas de ne pas savoir.”

Elle regarda le garçon. Il était pâle comme le lait, ses yeux bleus s’effrayaient contre tant de peau blanche et l’obscurité de ses cheveux et de ses cils. Il avait de longues jambes, élancé comme une branche de saule, mais fort : un très joli garçon, même pour elle, qui regardait les êtres humains et voyait la mortalité et la pourriture.

“Tu devras peut-être le supporter,” dit-elle en essayant d’éviter qu’elle ne s’ennuie avec sa voix. “Si Magnus n’a pas encore partagé ses secrets avec toi, il peut choisir de ne jamais le faire. Donc tu as lui et ses secrets, ou tu ne l’as pas du tout.”

Alec se retourna brusquement. “Mais il a partagé ses secrets avec toi.”

Elle haussa légèrement les épaules. “Nous nous connaissions depuis longtemps. J’ai eu beaucoup de temps à donner.” Elle sourit, sentant le baiser aigu de ses crocs contre sa lèvre inférieure. Elle avait faim. Elle pensa au garçon, au pouls dans son cou qui battait plus vite quand il parlait, à l’élargissement de ses yeux. Elle se demandait s’il pleurerait. Les larmes humaines étaient du sel, comme leur sang.

Mais il n’a pas pleuré. Son expression s’endurcit, et elle vit un scintillement de ses ancêtres dans l’ensemble de sa mâchoire. “Qui est son père ?”

Elle laissa sa tête retomber contre le divan. “Et pourquoi devrais-je te le dire ?”

“Parce que tu veux que je tue Raphaël,” a-t-il dit. “Et parce que je pourrais te rendre la vie très désagréable si je le voulais.” Il souleva la pierre de runes, et ses rayons blancs froids se répandirent à travers la pièce. Il s’en était donc souvenu après tout.

Elle se redressa, repoussant ses cheveux. “C’est la dernière fois, Alexander. Après cela, je ne dirai plus un mot jusqu’à ce que tu viennes à moi avec le sang de Raphaël sur les mains et son cœur attaché à une chaîne afin que je puisse le porter. ”

Alec avala. “Dis-moi. Où il est né. Qui est son père.”

“Pour nous, c’étaient les Indes orientales néerlandaises”, dit Camille, “mais pour vous, c’est l’Indonésie. La mère de Magnus était de sang mêlé – un père blanc et une mère indonésienne. Son père était un Prince de l’Enfer. Tu connais les Princes de l’Enfer, mon ange ?”

La peau pâle de l’hiver d’Alec devint encore plus pâle. “Bien sûr que oui, ” dit-il, raide. “Je suis un chasseur d’ombres. Mais ils sont … mythiques. Les plus grands anges du ciel sont devenus les plus grands princes de l’Enfer. Et le plus grand d’entre eux est … Lucifer.” Il aspira une bouffée d’air. “Ne me dis pas …”

Camille se lit à rire. “Que le père de Magnus est l’Apporteur de Lumières ? L’Étoile du Matin ? Certainement pas ! ”

“Mais c’est un Prince de l’Enfer. ”

“Tu devras le demander toi-même à Magnus,” dit Camille en jouant avec un gland au bout du bras du canapé.

“Peut-être qu’il ne te l’a jamais dit,” a dit Alec. “Est-ce qu’il t’aimait assez pour te le dire ? Tu l’aimais ?”

“Il m’aimait, ” dit Camille avec prévenance. “Je ne l’aimais pas. Je l’aimais beaucoup. Mais je ne l’ai jamais aimé. Pas comme ça. ” Elle se déplaçait irritée. “J’en ai assez de te dire des choses, petit chasseur d’ombres, surtout quand tu m’as été si peu utile. ”

Les joues d’Alec rougissaient de la couleur des œillets pâles. Camille pouvait dire par la tension dans son corps mince qu’il retenait à la fois la colère et la honte : il avait besoin d’elle, elle pensait avec satisfaction, avait besoin d’elle pour satisfaire la curiosité qui le consumait, nourrie par la peur. Son besoin d’elle était comme du sang.

“Une dernière chose,” dit-il, d’une voix basse. “Une dernière chose, et je te laisse tranquille.”

Elle leva les sourcils.

“Suis-je différent ? ” Alec a-t-il dit. “Est-il possible qu’il m’aime différemment de ce qu’il a aimé avant ? ”

Elle laissa ses lèvres se courber en un lent sourire. “La réponse à cette question, Alexander, te coûtera cher. ”

“Ça me coûtera quoi ? Quoi de plus ? ”

Il avait mal à la voix.

“Du sang,” dit-elle.

Un long silence s’installa entre eux. Enfin, d’un ton incrédule, il dit : “Tu veux boire mon sang ?”

Elle gloussa. “Sais-tu depuis combien de temps je n’ai pas bu à un humain consentant ? Et le sang de chasseurs d’ombres a une qualité particulière. Vous n’êtes pas tous comme votre Jace, bien sûr, portant la lumière du jour dans vos veines. Mais quand même – un millésime d’une qualité inhabituelle.”

La rougeur dans ses joues s’aggrava. Il la regarda fixement alors qu’elle s’allongeait contre le velours, fermant les yeux à moitié. Elle savait que sa beauté ne pouvait pas le réchauffer ou le tenter, mais cela n’avait pas d’importance. La beauté était le pouvoir, mais il y avait d’autres types de pouvoir.

Si près d’Alec, elle pouvait sentir son parfum : l’eau de Cologne au bois de santal, le froid hivernal, le goût salé de la peur humaine. Et ils étaient humains, les chasseurs d’ombres. En dessous de tout cela, toujours humain, il est la proie des émotions humaines, des faiblesses humaines et des peurs humaines, pour tout ce qu’il croyait être spécial.

“Très bien,” dit-il. “Juste cette fois.”

Elle regarda à travers les yeux à moitié ouverts qui cachaient son triomphe, le léger tremblement de ses doigts alors qu’il attrapa le bouton qui lui serrait le poignet gauche de la chemise et l’ouvrit, puis lui offrit sa peau nue et non protégée.

Clary, Jace & Seb

source: Cassie on Tumblr

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Extended DSCS

source: Cassie’s LiveJournal – TMI site

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Stephen's letter to his son

source: Radiant Shadows blog

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Chapter 7 Clace

source: Cassandra Clare on Tumblr

LA TRADUCTION ARRIVE BIENTÔT !

Livre précédent

La Cité des anges déchus

Livre suivant

La Cité du feu sacré